LE PLUS GRAND GROUPE AGRICOLE AMÉRICAIN SUPPORTE UNE LIMITE DE THC PLUS ÉLEVÉE POUR LE CHANVRE INDUSTRIEL

LES AGRICULTEURS AMÉRICAINS PENSENT QUE LA RÉGLEMENTATION DU CHANVRE DE L’USDA (Département de l’Agriculture des États-Unis) EST TROP STRICTE.

Selon ces agriculteurs, le gouvernement devrait tripler le niveau de THC autorisé dans le chanvre industriel et donner aux agriculteurs trois fois plus de temps pour récolter un champ après son test, ont déclaré mardi les délégués à la convention nationale lors du vote sur la politique de l’American Farm Bureau Federation (AFBF, plus communément appelé Farm Bureau ou FB).

Les deux dispositions sont des points sensibles pour les producteurs, qui disent que les réglementations de l’USDA, fixant une limite de 0,3 de THC et permettant 15 jours de récolte après la collecte des échantillons pour les tests, sont si strictes que de nombreux agriculteurs les échoueront.

De notre côté, en France, c’est une limite de 0,2% de THC qui est appliquée en ce qui concerne le chanvre. Les tests doivent aussi être effectués peu de temps avant la récolte, sur les 30 premiers centimètres en hauteur des sommités fleuries, là où le THC est le plus concentré en cultures d’extérieur. En cas de fortes chaleurs ou de stress hydrique provoqué par un épisode de sécheresse, cela pourrait augmenter variablement le taux de cannabinoïdes présents dans la plante, cela veut-il pour autant dire que les agriculteurs devront voir leur cultures détruites pour un léger dépassement de ce taux, par exemple pour 0,4% de THC?

Dans l’absolu pour le moment, tel est le cas en France pour nos agriculteurs, mais il semblerait qu’une augmentation du taux légal du chanvre américain pourrait influencer le cadre législatif européen et français et ainsi permettre d’ajouter dans le futur de nouvelles variétés de cannabis sativa L. au catalogue européen, qui permettraient également la production de plantes plus riches en CBD. La mission d’information concernant le cannabis, qui a déjà débuté à l’assemblée nationale va continuer d’aborder ces prochains mois la question délicate du chanvre industriel et bien-être.

La loi agricole de 2018 a légalisé la culture du chanvre industriel aux États-Unis et a suscité un grand intérêt pour une culture qui pourrait être une alternative rentable aux piliers tels que le maïs, le soja et le blé. L’USDA a publié des règlements l’automne dernier pour assurer une réglementation cohérente du chanvre pour les États et les tribus. La période de commentaires sur la règle finale provisoire se termine ce 29 janvier.

Au cours d’une journée de débat politique, les délégués ont approuvé une politique sur le chanvre qui stipule que le chanvre contenant jusqu’à 1% de THC devrait être légal et que le chanvre peut être récolté jusqu’à 45 jours après avoir été testé. Les agriculteurs disent qu’il est difficile d’obtenir des semences qui produisent de manière fiable du chanvre qui sera testé en dessous de la limite de 0,3% et qu’une teneur en THC de 1% reste trop faible pour provoquer des effets psychotropes. La limite de récolte de 15 jours est également trop courte, étant donné que cela peut prendre une semaine pour obtenir les résultats des tests, disent-ils.

Scott VanderWal, vice-président de l’AFBF lors de la dernière convention annuelle du 21 janvier 2020.

« Alors que l’USDA finalise la réglementation relative au chanvre, nos délégués ont appelé à de légères révisions là-bas qui, selon nous, amélioreront le programme », a déclaré le vice-président de l’AFBF, Scott VanderWal, lors d’une conférence de presse pour conclure la convention.

« On en revient à la frustration du profit dans cette industrie et on se concentre sur le futur pour rendre ce système plus efficace afin que cela aboutisse à une meilleure situation économique pour nos producteurs « 

Scott VanderWal, vice-président de l’AFBF

Dans le cadre de la politique sur le chanvre, les délégués ont soutenu le développement d’autres utilisations ou méthodes d’élimination pour une « récolte risquée » qui dépasserait la limite de THC, comme pour l’utilisation dans les textiles, le carburant ou la litière pour le bétail, plutôt que les procédures coûteuses utilisées pour collecter et détruire le matériel alors considéré comme illégal. Ils ont également déclaré que tout laboratoire accrédité devrait être autorisé à tester le chanvre pour les niveaux de THC car l‘USDA explique pour le moment que seuls les laboratoires accrédités par la DEA peuvent effectuer ces tests. Le chanvre cultivé pour la consommation non humaine devrait être exempté de tests, ont déclaré les délégués.

Le conseil d’administration de l’AFBF devrait donc revoir mercredi 29 janvier 2020 les résolutions politiques adoptées par les délégués. À suivre…

sources: Successful Farming / FB- AmericanFarmBureau

Liens de partage: