Présentation de CANNAPHOBIA

Ceci est une introduction à « Cannaphobia » pour situer le contexte dans lequel s´est déroulé la préparation et la réalisation du documentaire. C´est un résumé de certaines de mes recherches, interviews et échanges avec des professionnels de ce secteur fleurissant.

En enquêtant sur le CBD, je ne pensais pas que cela deviendrait aussi passionnant. En fait c´était juste l´arbre qui cachait la forêt… Chaque jour qui passe, à chaque rencontre, j´apprend de nouvelles choses sur ce sujet… Les cannabinoïdes.

« CANNAPHOBIA » est un film documentaire qui a pour but de revisiter l´origine des peurs et des aprioris concernant le chanvre et ses différents usages, en abordant également le thème des cannabinoïdes, la législation les concernant, ainsi que leurs dérives.

«Les cannabinoïdes sont un groupe de substances chimiques qui activent les récepteurs du système endocannabinoïde, présents dans le corps humain et chez les mammifères

Une des premières choses qui m´ait vraiment intrigué et qui revenait souvent était le fait que nous possédions tous ce système endocannabinoïde (ou système cannabinoïde endogène).
Je demandais alors comment était-ce possible que nous puissions avoir des récepteurs qui communiquent avec une plante (voir plusieurs) dans notre corps…  Tout comme le fait par exemple que le lait maternel puisse naturellement contenir des traces de cannabinoïdes… Même si la mère n´a jamais consommé de cannabis (étant produit par le corps humain ils sont tout de même différent des phytocannabinnoïdes produit par le plante, nous tâcherons d´ailleurs d´en apprendre un peu plus sur ce sujet).

Pour simplifier: Le CBD (aussi appelé Cannabidiol) est une molécule faisant partie de cette grande famille de cannabinoïdes et qui, une fois consommée, permet aussi une détente musculaire, sans aucun effet psychotrope, bien qu´elle soit principalement issue de cultures de cannabis. Ses initiales pourraient vouloir dire « Camomille Bien Dosée » car c´est surtout une « super camomille » comme l´a déjà déclaré le Dr Lowenstein, président de S.O.S addictions.

En France pourtant, chaque semaine, des commerçants sont mis en examen pour trafic de STUPÉFIANTS pour avoir vendu de cette « super camomille » le plus souvent sous forme d´infusion… Certains clients détourneraient cet usage pour fumer ce qui est appelé le plus communément la « fleur » (sans effet planant), et qui dans sa forme brut ressemble à s´y méprendre à une tête d´herbe de THC, la partie la plus fumée du cannabis, d´où la confusion que cela peut engendrer. Ce fameux THC ou le Δ-9-tétrahydrocannabinol possède lui des propriétés psychoactives agissant sur le psychisme.

En résumé, environ plus d´une centaine une centaine de cannabinnoïdes différents proviennent de la plante de cannabis, dont les principales molécules actives sont le THC (souvent diabolisé pour la sensation d« ivresse » qu´il provoque) et le CBD présent en quantité souvent plus importante dans le chanvre de catégorie industrielle, issu du catalogue européen de graines de type Sativa L, justement sélectionnés car ne contenant que quelques traces de THC: seulement 0,2% et qui ne provoque donc pas d´effets psychotropes.

Les lois européennes autorisent le commerce du chanvre du moment que ce taux de 0,2% est respecté, et en l´interdisant dans certaine villes de France les procureurs vont à l´encontre de ces lois, mais pour quelles raisons? 

Un des points de départ de mes travaux de recherches a donc été ce Cannabidiol et la vague de fermetures visant certains points de vente de CBD, ce qui a fortement conditionné ma curiosité. Pourquoi interdire justement un produit qui pourrait permettre à certaines personnes de se détendre ou d´arrêter leur consommation de THC provenant du marché noir?

SIMPLE CONSTAT

Actuellement, aux États-Unis la consommation de médicaments dérivés d´opium tue presque 200 personnes par jour… Certaines écoles commencent à s´équiper, avec entre autres un médicament, le Narcan (Naloxone), qui peut stopper le processus d´overdose. C´est pour dire à quel point la consommation d´opioïdes s´est accentuée ces dernières années: on parle d´adolescents et parfois même d´enfants de moins de 10 ans qui font des overdoses en classe ou dans la cour de récréation.

– En France les médicaments dérivés d´opium sont devenues en 10 ans une des premières causes de mortalité liée à une ADDICTION.

– On parle bien de l´opium, la plante qui sert à fabriquer l´héroïne, une des drogues les plus addictives et les plus meurtrières sur terre.

Aucune personne dans le monde n´a jamais été reconnue officiellement décédée d´une overdose de cannabis.

– Si vous entendez dire qu´il y a eut des décès suite à des expèriences cliniques, c´est qu´il s´agissait de THC synthétique, une création de laboratoire .

– En France, le cannabis reste interdit à la simple consommation ou à usage thérapeutique sur prescription.

– Pourtant les médicaments dérivés d´opium ou opioïdes eux sont bien disponibles en pharmacie sur prescription.

L´alcool et le tabac tuent chaque année presque 150 000 personnes en France et sont pourtant légaux.

– La France est le plus GROS consommateur de cannabis d’Europe (et d’antidépresseur) mais aussi paradoxalement le PLUS prohibitif en matière de cannabis.

– Ce qui est aussi étonnant, c´est que la France est aussi le plus GROS producteur de CHANVRE d’Europe.

Chanvre qui est la plupart du temps revendu à l’étranger pour être transformé, extrait ou re-conditionné et pour nous être parfois revendu en France, sous différentes formes, comme par exemple en cristaux de CBD à diluer dans du e-liquide , étant donné que la législation ne permet pas encore aux producteurs ou fabricants de faire tout le travail de transformation ou d’ extraction nécessaire dans notre pays.
Ce qui peut paraître aussi paradoxal, c´est que la plus grande partie des fleurs qui sont achetées en France, que ce soit en magasin ou par internet, proviennent de la Suisse, un petit pays limitrophe qui a pourtant développé de grandes compétences en la matière depuis leur « légalisation à 1% », et qui n’est plus seulement réputé que pour ses banques ou son chocolat.

L´AGRICULTURE

– Au Colorado, U.S.A, la légalisation du cannabis a rapporté tellement d´argent que l´état reverse maintenant de l´argent à ses citoyens.
– En Franceun agriculteur se suicide tous les 3 jours, plusieurs fermes sont mises aux enchères chaque semaine.
Un hectare de chanvre produit et rapporte 4 fois plus qu´un hectare de blé par exemple, un hectare de chanvre produit également 4 fois plus de papier qu´un hectare d´arbres, et ce qui est vraiment étonnant, c´est qu´on peut presque faire de tout avec cette plante; se nourrir (presque autant de protéines dans la graine de chanvre que dans le soja), se vêtir, faire du papier, du cordage, de l´isolation, du bio-plastique (biodégradable), du bio-carburant

Plus j’avance dans mes recherches et je me dis que Jean-Pierre Ceccaldi du site d’informations « Le Cannabiste » avait probablement raison en m´expliquant que cette plante pouvait sauver le monde… le problème de la pollution, de la déforestation (et donc de la disparition de certaines espèces animales), la faim dans le monde, nous protéger de la radioactivité (d´où son utilisation pour contrebalancer les effets de la chimiothérapie)…

Les plus anciennes traces de la plante de chanvre et de son utilisation remontent à l´époque du néolithique, il y a plus de 8000 ans avant Jésus-Christ. Originaire d´Asie, elle était alors utilisée pour les propriétés nutritives de ses graines avant d’être par la suite utilisée comme textile par rapport à la résistance de ses fibres et de ses tiges. C´est la première plante à avoir été domestiquée par l´homme et destinée à être filée en tant que fibres végétales utiles.

Pour en revenir à la fleur de chanvre, ce qui se passe en France actuellement équivaudrait à interdire la vente d’ AIL parce qu’ il possède par exemple des vertus antiseptiquesanti-bactériennes et antibiotiques, alors qu’on le consomme en premier lieu comme un simple aliment

Pour ceux qui ne l´ont pas vu, voici la première bande-annonce de « Cannaphobia »:  https://www.youtube.com/watch?v=Vber7RqbYGc

Bien que le CBD soit apparemment reconnu dans le monde médical international comme possédant de nombreuses vertusrelaxantesanti-douleuranti-inflammatoireanti-spasmodique,anxiolytiqueanalgésique… Les commerçants français n’ont pourtant pas le droit de vanter les vertus de ces produits dérivés de la molécule de CBD, si ce n´est de son fort potentiel de relaxant musculaire, raison pour laquelle le CBD est autorisé dans les compétitions sportives de haut niveau par les fédérations de la NBAMMA et bien d´autres…


Quand on parle véritablement du cannabis thérapeutique c´est le plus souvent lorsque le CBD est associé au THC selon des ratios et dosages complexes à définir, et dont les propriétés médicinales pourraient être amplifiées par ce qu´on appelle « L´EFFET D´ENTOURAGE » c´est à dire un phénomène d´activation des différentes moléculescannabinoïdes associées aux TERPÈNES (qui caractérisent l´odeur de la plante) semblable à une sorte d´AROMATHÉRAPIE. Ces fameux arômes terpéniques présents dans la plante (arômes que l´on peut trouver également dans d´autres espèces; pin, citron…) auraient eux aussi un rôle à jouer, dans le sens où ils pourraient accentuer certains des effets de ces molécules, même isolées.

En France selon l´article R5132-86 du Code de la Santé Publique, l’utilisation du cannabis thérapeutique est autorisé depuis 2012 à la condition que celui-ci s’inscrive dans la réglementation du médicament.

Dans les grandes lignes de ce texte de loi on pourrait donc se soigner légalement en France avec du cannabis… Mais ces médicaments doivent au moins obtenir plusieurs validations au préalable pour une autorisation de mise sur le marché.
Des maladies comme la maladie de Crohn, de lyme ou même l´autisme, des pathologies dont nous ne connaissons toujours pas vraiment les causes exactes, pourraient être traitées avec du CBD selon des chercheurs américains, en étant parfois aussi associées avec du THC.
C´est aussi le cas dans le médicament Epidyolex (pour les patients souffrant d’épilepsie: sur ordonnance suite à ATU – Autorisations Temporaires d’Utilisation et donc disponible depuis décembre 2018 en France) ou le Sativex (pour ceux qui souffrent de sclérose en plaques) où l´on retrouve du CBD et du THC, disponible par exemple en Belgique sur ordonnance et dans d´autres pays mais toujours pas en France. Des milliers de patients ne peuvent utiliser ce traitement car, bien qu´ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché, le prix du produit à la vente n´est toujours pas fixé depuis 2014 suite à un désaccord entre le comité économique des produits de santé (qui fixe les tarifs des médicaments remboursés par la Sécurité sociale) et le laboratoire qui le fabrique et qui estime que le prix proposé est sous-évalué

« c’est une question d’humanité… laissez-les au moins partir avec un peu de dignité«   – Lucky, président de l´AMEC, Madrid.

Pour en revenir aux cannabinoïdes, s’il est maintenant reconnu qu’ils peuvent aussi apaiser certaines douleurs des patients en fin de vie ou qu’ils atténuent les effets secondaires de la chimiothérapie… Pourquoi ne pas en discuter?
Comme nous dit Lucky, diplomé en physiques, professeur d´institut et président de l’ AMEC  « c’est une question d’humanité… laissez-les au moins partir avec un peu de dignité«  ou tout au moins la possibilité, comme cela se passe déjà dans d´autres pays, de choisir une alternative aux opioïdes

C´est un sujet difficile, cependant des associations comme NormLle Collectif 420, le CIRC et d’ autres continuent de se mobiliser en France…  j´ai récemment appris que nombreux parmi ceux qui ont eut leurs commerces fermés sont aussi en train de récolter des témoignages de leur anciens clients. De plus en plus de patients commencent spontanément à partager leurs expériences sur les réseaux sociaux.

La région Nouvelle-Aquitaine a adopté récemment une motion en faveur de l´utilisation du cannabis thérapeutique, et c´est l´UNANIMITÉ qui a pris place dans l´assemblée ce jour là, ce qui contribue à faire avancer le débat sur le plan national. Eric Correia, président le l´Agglo du Grand Guéret, et à titre privé infirmier anesthésiste, est l´ instigateur de ce projet. Cela va enfin permettre de faire avancer le dossier du cannabis thérapeutique en France et cela laisse présagerde nouveaux changements d´esprit et de nouvelles prises de position dans le monde politique. Le département de la Creuse est maintenant bien prêt à développer ces cultures à but thérapeutique, ce qui pourrait aussi considérablement redynamiser l´économie de la région.

LES PEURS:

Comment est-ce possible d’interdire presque totalement des substances naturelles qui de plus peuvent interagir efficacement avec certains récepteurs de notre système nerveux ou de notre métabolisme?
Il aura suffit d’ UNE GÉNÉRATION, c’est en moyenne 80 ans, pour que l’usage et le commerce de cette plante soit officiellement prohibé dans la plupart des pays.
Certaines personnes ont grandi dans cette culture de l´interdit, qu´il est mal de consommer du cannabis, mal d´en abuser, mal d´en parler même si on peut en rire un peu ou s´en moquer… De nombreuses personnes se sont senti attirées par cet interdit tandis que d´autres se sont fortifiées dans leur conviction anti-chanvre sans en connaître parfois les véritables raisons ou origines, tant les peurs et craintes liés à cette plante sont fortement ancrées dans la mentalité des citoyens…
Le nom de la « marijuana » (repris de l´expression populaire mexicaine) fut alors détourné par l’élite américaine du siècle dernier pour marginaliser  la plante avec cette connotation étrangère,allant ainsi dans le sens de la politique anti-immigration

La prohibition du cannabis, bien qu´ayant débuté il y a plusieurs siècles, s´est poursuivie principalement au siècle dernier au détriment du peuple avec des messages explicites comme « si tu fumes de l´herbe tu finiras par coucher avec un noir ou un mexicain » diffusés parmi ces campagnes de matraquages médiatiques ou de productions audiovisuelles douteuses… même les détracteurs de ces lois et pratiques n´ont pu enrayer cette machine de propagande bien amorcée. Ces publicités ou fictions, souvent violentes, mettaient parfois en scène des noirs sous l´emprise du cannabis en train de tuer des femmes blanches, sans aucunes raisons. On me l´a fait remarquer, nos grand-parents et parents ont pour la plupart grandi dans cette « culture »  de la peur ancrée dans les racines les plus profondes du racisme.

Comme l´a mentionné également l´avocate spécialisée dans le domaine du cannabisMaître Ingrid Metton, « l´état Français entretient une certaine psychologie de la peur« , en nous expliquant que dans un autre contexte, lorsque les policiers s´apprêtaient à perquisitionner le plus important lieu decommerce de CBD à Paris, qui s´était appelé maladroitement Cofy Shop, (en référence aux points de vente où l´on peut trouver de l´herbe récréative à Amsterdam)… Les forces de l´ordre n´hésitèrent pas à donner rendez-vous aux médias au moment de cette perquisition, pour en faire un exemple.

et cela fait bien plus que 10 ans…

Cette plante ne fait pas bonne figure, et d´ailleurs il n´a jamais été bien vu de se soigner avec des plantes en général. Les formations et métiers liés à l´herboristerie ont complètement disparus en France, interdits depuis Vichy (1941). Cependant, beaucoup de personnes, pharmaciens, médecins ou représentants de l´herboristerie voudraient réhabiliter cette profession qui n´est pour l´instant plus reconnue en France, à l´époque où tous les médicaments et toutes les molécules se voient synthétisées pour la plupart.
Une mauvaise image, mauvaise réputation, suite logique de plusieurs décennies prohibitionnistes, et pourtant, les différents types de consommateurs n´ont jamais étaient aussi nombreux… Dans les anciens discours prohibitionnistes, la question de la santé publique était toujours invoquée pour justifier le cadre prohibitionniste.

Cependant, en jetant un rapide coup d´oeil dans le rétroviseur, on peut remarquer que cette tendance s´est inversée au cours de ces deux dernières décennies: c´est maintenant une question de santé publique que de remettre en cause ce cadre prohibitionniste.

Dans les pays qui ont déjà dépénalisé ou légalisé le cannabis on a put constater une nette diminution de la consommation chez les jeunes qui ne se sentent peut-être plus autant attirés par l´illégalité de ce produit. De plus, en France, chaque année la répression des drogues coûte aux contribuables entre 500 millions d´Euros et un milliard par an, sans aucun résultat probant.

Il y a également un fort manque de prévention et d´informations pour le jeune public aussi en France, comme nous l´explique Robin, un jeune qui a commencé trop tôt la consommation de THC « personne ne m´avait dit que cela pouvait me détruire des neurones… » Une simple régulation pourrait permettre une meilleure sensibilisation de ce jeune public, comme c’ est le cas avec le tabac ou l’alcool.

Liens de partage: